03.12.20

Découvrez la synthèse de notre indicateur hebdomadaire réalisé auprès de 1000 dirigeants de PME et ETI, en partenariat avec l'Entreprise DU FUTUR.

Lors des deux vagues de confinement, le télétravail à 100% a été la règle pour beaucoup d’entreprises. Cette pratique de travail à distance, relativement peu développée à l’échelle nationale, séduit de plus en plus.En effet, selon notre indicateur hebdomadaire, 40% des entreprises planifient de mettre en place 1 journée de télétravail par semaine en 2021. Pour certaines sociétés, cela marque une volonté de prendre soin de leurs collaborateurs en leur permettant un meilleur équilibre vie pro / vie perso.

Sarah Vaquant, Directrice Générale de Motovario France, place elle aussi le bien-être de ses collaborateurs au centre de la stratégie de l’entreprise. En créant un environnement où l’entraide, l’écoute et la valorisation des compétences de chacun sont primordiales, elle entend bien conserver le niveau d’activité habituel de la société, malgré le contexte de crise sanitaire.

Les chiffres clés de l'indicateur hebdomadaire

- Semaine du 30 novembre au 04 décembre 2020 -


chiffres-cles-semaine5

 

Découvrez l’interview de Sarah VAQUANT, Directrice Générale de Motovario SAS


Bandeau-ITW-Sarah-Vaquant

 

Créée en 1965 en Italie, Motovario œuvre dans le secteur de la transmission de puissance mécanique, en fabriquant des pièces pour l’industrie énergétique, agroalimentaire, ou encore pharmaceutique. Si le groupe italien est composé de 600 personnes, l’entreprise est restée à plus petite échelle en France, avec une vingtaine d’employés. Ces derniers travaillent pourtant avec les plus grands (Alstom, Electrolux), grâce à une stratégie résolument tournée vers l’Humain.

Q : Comment votre entreprise fait-elle face à la crise sanitaire ?

Sarah Vaquant : : Notre maison-mère étant basée en Italie, nous avons pu anticiper la crise sanitaire. Nous avions déjà mis en place les gestes barrières et les différents protocoles avant le début du confinement en France. Mais le plus important pour moi est que la crise ne fait que révéler certaines situations déjà latentes dans l’entreprise. Il a donc été primordial d’être particulièrement à l’écoute de nos clients, mais aussi de nos collaborateurs ; pendant une période difficile, chaque détail compte dans les relations internes et externes.

Notre site est en effet une petite PME, composée d’une vingtaine de personnes. Le secteur est très concurrentiel et nous avons peu de leviers de différenciation. Cette crise a donc été pour un nous un accélérateur de changements.
Grâce à notre stabilité et à notre structure déjà engagée dans la digitalisation, nous avions un terrain favorable pour pouvoir nous adapter rapidement et efficacement aux bouleversements dus à la Covid-19. Nos résultats sont donc plus qu’honorables en 2020. Et je suis très fière de mes équipes pour ce résultat, qui n’aurait pas pu se faire sans un engagement de leur part.

Q : Comment votre Business Model vous a-t-il permis de vous adapter à cette situation de crise ?

Sarah Vaquant : Notre Business Model est basé sur 3 leviers : les Ressources Humaines, la Trésorerie et la Performance.

Le premier est primordial : on ne peut pas avoir les meilleurs clients sans avoir les meilleurs collaborateurs. Nous partageons tout avec eux : la vision d’entreprise, le plan d’action, le projet collectif. En discutant avec les équipes, on permet à chaque collaborateur d’exprimer ses besoins, ses envies et ses idées. L’objectif est que chacun trouve sa place dans la vie de la société et que nous allions tous dans le même sens.
Cela nous incite également à prendre du recul sur les compétences de chacun et à réfléchir ensemble au meilleur moyen de mettre en lumière ce potentiel.

Cette crise nous a ainsi amené à repenser la relation clients-fournisseurs-partenaires. Nous avons mis en place un programme de formation interne de 6 mois, nommé Booster Academy. Il permet à tous ceux qui sont en contact de près ou de loin avec un client ou un fournisseur de comprendre et s’approprier quelques méthodes de vente. Dans une entreprise, tout le monde peut vendre quelque chose avec les bons outils !

Sans les collaborateurs, nous ne pouvons rien faire, mais n’oublions pas la Trésorerie, le deuxième volet de notre Business Model. Notre objectif est de maitriser les coûts, tout en en ayant des stocks qualitatifs. Si ces derniers sont bien gérés, ils permettent de répondre rapidement au client, et de lui proposer le meilleur compromis entre le prix et la qualité du produit.

La Performance complète le trépied de notre stratégie. Chez Motovario, elle se décline en 3 axes, en commençant par le fait de pouvoir se reposer sur un « business partner ». Plus qu’un comptable, c’est une véritable personne de confiance, au service du business et pour qui la finance n’est qu’une ressource. Ce pilotage de la performance s’appuie également sur des outils de management adaptés (Balance Scorecard, méthode Ovar d’HEC…), et faire en sorte que chacun comprenne bien et ait les moyens de réaliser sa mission. C’est un travail quotidien, qui nécessite un engagement fort de la part de tous les membres de l’entreprise. Mais une fois que tout le monde est en phase, c’est un vrai bonheur !

Q : Comment gérez-vous la trésorerie et le panel fournisseurs de Motovario en cette période ?

Sarah Vaquant : Nous avons choisi de ne pas faire appel aux aides gouvernementales pendant cette crise. Nous sommes propriétaires de nos murs, et nous avons le soutien du groupe auquel nous appartenons pour certains aspects. Ainsi, nous n’avons pas eu besoin d’activer de prêt pour le moment.

Beaucoup d’entreprises ont des besoins financiers importants en cette période, et c’est bien normal. Mais au-delà de ces besoins, je suis convaincue que même avec une trésorerie importante, si les compétences en gouvernance d’entreprise ne sont pas à la hauteur, la performance ne peut pas être au rendez-vous.

Côté fournisseurs, la plupart étant italiens et français, nous avons également pu conserver notre modèle d’approvisionnement. Cependant, la crise nous a permis d’impliquer encore plus nos collaborateurs dans les relations extérieures. Par exemple, notre responsable Achats et Approvisionnement a été sensibilisée à la valeur de ces rapports, que nous considérons comme de véritables partenariats. Dans les échanges que nous avons avec nos fournisseurs, il n’y a pas que le prix qui compte ; l’entraide est bien plus importante, surtout en ce moment.

Q : L’Humain est une valeur forte pour Motovario : est-ce que la crise a mis en suspens certaines actions à ce sujet ?

Sarah Vaquant : C’est un peu paradoxal, mais malgré l’éloignement imposé par les périodes de confinement, je m’intéresse encore plus à l’individu. Je suis persuadée que s’assurer du bien-être de nos collaborateurs est nécessaire au bon fonctionnement de l’entreprise. Notre entreprise est d’ailleurs certifiée ISO 45001, assurant aux équipes un souci d'amélioration de leur sécurité, de réduction des risques et de recherche des meilleures conditions de travail possibles.

Avant la crise, nous avions déjà des salles de repos, de sport, des tickets restaurants… Aujourd’hui, nous leur avons proposé de mettre  à leur disposition des vélos électriques de fonctions, nous cherchons des crèches pour ceux qui en ont besoin. Je pense que c’est cette vision résolument humaine et éthique du management qui nous permet de garder une activité confortable : nous avons même fait mieux que l’année dernière sur la période Octobre-Novembre ! Les talents, il faut les garder à tout prix. Sans eux, nous ne pouvons pas nous développer.