18.01.23

Vous avez l’idée, l’analyse du marché, la stratégie de développement à 5 ans, les bons contacts pour démarrer, vous êtes prêt à créer votre entreprise ou lancer votre tout nouveau projet de développement ! Mais avez-vous pensé au prévisionnel financier ? Dans cet article découvrez pourquoi et comment construire un prévisionnel cohérent, réaliste et argumenté.

Mais avant toute chose, il est important de rappeler que le prévisionnel financier ne peut se construire de façon efficace sans avoir réalisé une étude de votre marché en amont. Il est primordial que vous connaissiez les spécificités du marché dans lequel vous souhaitez vous implanter afin d’avoir les informations nécessaires à la définition des chiffres du prévisionnel.

Qu’est-ce qu’un prévisionnel financier et pourquoi en réaliser un ?

Le prévisionnel financier, aussi appelé « prévisionnel », correspond à une analyse vous permettant de prévoir les entrées et sorties d’argent en lien avec votre création d’entreprise ou son développement.
C’est un ensemble d’états financiers comprenant :

  1. Le compte de résultat
  2. Le plan de financement
  3. Le plan de trésorerie

Un prévisionnel permet d’évaluer la viabilité de votre projet. De plus, il vous aide à prévoir vos achats et investissements, à contrôler que vos ressources sont suffisantes pour financer vos dépenses, mais aussi à optimiser votre financement.

Comment réaliser votre prévisionnel financier ?

Pour vérifier la viabilité économique d’un projet, on peut s’appuyer sur une méthode très simple en 3 étapes.

1/ Établir une liste de vos entrées et sorties d’argent

Dans le désordre, listez vos potentielles entrées et sorties d’argent. Ventes, charges, investissements, moyens de financements. Dans un premier temps, pas besoin de les classer, mais veillez à être le plus exhaustif possible !

2/ Affecter vos entrées et sorties d’argent dans vos états financiers

Selon la nature des éléments établis dans la liste précédente, vous pouvez les répartir dans deux catégories de document :

  • Le plan de financement, qui regroupe les besoins et les ressources permanents ou de longue durée de l’entreprise (les investissements et leurs financements),
  • Le compte de résultat, qui concerne l’exploitation de l’entreprise et son fonctionnement au quotidien (les ventes et les charges, mais aussi les impôts et taxes).

3/ Confronter vos entrées et sorties d’argent dans le plan de trésorerie

L’ensemble des entrées et sorties d’argent prévues au cours de l’exercice est à porter ensuite dans un dernier tableau, le plan de trésorerie. Mois par mois, celui-ci
mettra en évidence les décalages de dépenses et recettes, qu’il faudra anticiper pour que le projet puisse continuer à se développer.

Nos conseils d'experts pour le réaliser !

1/ Les niveaux d’activité et de croissance

Savoir estimer le chiffre d’affaires et sa progression, c’est un facteur essentiel pour la fiabilité du prévisionnel. Attention de ne pas minimiser le délai de décollage de son projet !

2/ L’évolution des charges

Afin d’évaluer au mieux l’évolution des différentes charges, il est nécessaire de faire la distinction entre les charges variables (qui varient en fonction du chiffre d’affaires) et les charges fixes (qui, elles, évoluent par palier).
Cet exercice permettra également de déterminer le seuil de rentabilité du projet, un indicateur essentiel pour l’entrepreneur.

3/ Les investissements

Les investissements sont propres à chaque secteur d’activité et aux choix opérationnels de l’entrepreneur. Il faut être vigilant sur ses besoins réels, afin de rester le plus objectif possible.

Bon à savoir…
Pour avoir un plan de trésorerie le plus fiable possible, il est nécessaire de prendre en compte les délais de paiement accordés aux clients, et ceux que les fournisseurs imposent.

4/ Les financements

Pour financer ses investissements, tout en faisant attention au décalage entre les décaissements et les encaissements de trésorerie, il existe de nombreux moyens. Auto-financement, augmentation de capital, prêt bancaire, crédit-bail… Selon les besoins, choisir le financement le plus adapté à sa situation est primordial.

5/ La fiscalité

Dans le prévisionnel, il est nécessaire de savoir si l’entreprise est soumise à la TVA. De même, il ne faut pas oublier les différents types d’impôts et taxes : impôt sur la société, impôts locaux, ou encore les taxes spécifiques au secteur d’activité, comme la taxe sur les boissons sucrées pour les fast-food.

En conclusion...

Un prévisionnel financier cohérent, réaliste et argumenté présente plusieurs avantages. Outre la vision de la rentabilité du projet, c’est aussi un formidable outil de communication auprès des financeurs.
Pour s’assurer de sa fiabilité, un examen du prévisionnel par un expert-comptable peut être un atout majeur. Il saura traduire de manière chiffrée les différents paramètres de votre projet, vous garantissant ainsi un prévisionnel le plus juste possible.
Une fois que vous êtes prêt à lancer votre projet, le suivi de trésorerie vous permettra de poursuivre cette démarche de pilotage de votre entreprise. C’est un
moyen d’anticiper les éventuelles difficultés des mois à venir, et donc de pouvoir réaliser les ajustements nécessaires pour les gérer au mieux.

 

Pour en savoir plus sur la construction d'un prévisionnel financier,
téléchargez notre document de synthèse :

Previsionnel financier

 

Je télécharge le document

Texte

Une question ? Besoin d’aide pour vous accompagner dans la réalisation de votre prévisionnel financier ?


Contactez nos experts