02.04.20

Les Français ont massivement réalisé des stocks de produits alimentaires secs pendant la semaine qui a précédé le confinement. Selon l’institut Nielsen, ils ont ainsi dépensé 700 M€ pour leurs achats de précaution. Plusieurs catégories de produits ont connu des hausses spectaculaires de leurs ventes, notamment les pâtes et le riz, en croissance de 196 %, et la farine, en progression de plus de 20 %. Les consommateurs ont alors délaissé les produits frais, notamment les fruits et légumes. « Ils se sont massivement tournés vers les denrées non périssables comme les pâtes, le riz ou encore les conserves. Les ventes de certains produits frais ont ainsi connu une chute alarmante » indique E.Leclerc dans un communiqué. De son coté, Lidl indique, pour l’ensemble de ses points de vente, une chute des ventes de fruits et légumes comprise entre 20 et 30 % depuis le début du confinement.

Risques sanitaires et fermetures de rayons

Selon les experts du magazine LSA, plusieurs autres raisons expliquent cette déconsommation. Pour les fruits et légumes, les consommateurs semblent redouter une possible contamination car ces produits sont essentiellement vendus en vrac et en libre-service. Dans les grandes surfaces, la fermeture de certains rayons dits traditionnels comme les espaces poissonneries, boulangeries, traiteurs et boucheries, expliquent également cette baisse des achats. Des fermetures engendrées par un manque de personnel disponible, soit absent ou réaffecté à d’autres tâches comme le remplissage des rayons d’épicerie sèche.

Un soutien massif de la production française

Les initiatives des grands distributeurs pour faire face à ce phénomène et soutenir les producteurs français se multiplient. E.Leclerc a, par exemple, créé un Ticket Solidaire offrant une réduction de 20 % sur des produits frais d’origine française. Carrefour, de son coté, a garanti des volumes et des prix d’achat aux mareyeurs, en soutien de la pêche tricolore, privée de la moitié de ses débouchés depuis la fermeture des restaurants. Intermarché a indiqué le maintien de l’ouverture de ses rayons traditionnels pour soutenir les filières pêche et viande. Tous les grands distributeurs se sont également engagés à promouvoir fortement les fruits et légumes français, notamment la fraise et l’asperge dont la saison débute. « Toutes les chaînes sont en train de passer à un approvisionnement français. Les produits étrangers qui sont présents en rayon seront écoulés, mais après il n’y aura pas d’approvisionnement hors de France », souligne ainsi la Fédération du commerce et de la distribution dans un communiqué.

Les Échos Études